Quand la fraise joue les scandaleuses !

Foodospere dans son article du 10 avril http://www.foodosphere.fr/?p=121 passait un coup de colère sur l’offre hors saison de bon nombre de primeurs. Je reviens aujourd’hui sur ce thème afin d’illustrer les dessous d’une telle production à travers un produit : la fraise.

A partir de début janvier nous pouvons trouver des fraises qui proviennent d’Espagne ; elles intègrent progressivement les étals de nos primeurs au point de nous faire penser qu’il s’agit naturellement d’un fruit hivernal ibérique. Si la fraise est le premier des fruits rouges à arriver à maturité ceux sont les premiers jours de mai qui marquent sa saison.

Entre temps on mange quoi exactement et surtout produit comment ? L’Espagne est le plus gros importateur de fraises en France, ce qui représente de loin plus de la moitié de notre consommation annuelle de ce fruit.

Si ces grosses fraises gorgées d’eau sont cueillies avant d’être mûres et sont sans saveur, le véritable drame de cette production est écologique. Il aura fallu qu’une équipe d’enquêteurs du WWF‐France s’intéresse à la marée montante de cette fraise hors saison pour que soit révélée l’aberration écologique de cette production qui étouffe la fraise française (dont une partie, d’ailleurs, ne pousse pas dans de meilleures conditions écologiques). La liste des atteintes à l’environnement est longue !

C’est dans le sud de l’Andalousie  aux confins du parc national de Donana, inscrit au patrimoine mondial de l’humanité notamment parce qu’il constitue un exceptionnel refuge ornithologique pour les oiseaux migrateurs, que 95% des fraises espagnoles sont cultivées sur 6 000 hectares.

Aux confins….enfin presque puisque plus de 100 hectares de cultures empiètent illégalement sur le parc naturel mais sont « tolérées » par le gouvernement. Par ailleurs 40% des cultures sont des extensions « sauvages » sur lesquelles le pouvoir régional ferme les yeux.

A l’automne, la terre est nettoyée, stérilisée débarrassée de toute forme de micofaune grâce à différents produits chimiques, violents. Ces produits provoquent une explosion des maladie pulmonaires et des affections de la peau dans la région et surtout sur la main d’œuvre bon marché.

Afin de produire hors saison, tous les plans des années précédentes sont arrachés, puis remplacés par de nouveaux plans produits in vitro placés en plein été dans des frigos pour simuler l’hiver et anticiper le cycle naturel.

Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié est installée de façon illégale ce qui réduit de moitié les apports d’eau douce dans le marais et assèche l’une des zones humides les plus remarquables de l’union européenne.

Enfin, les cultures se font sur plastique et, chaque année à la fin de saison en juin, 5 000 tonnes de déchets sauvages plastiques sont enterrés,brûlés ou abandonnés sur place.

La production et l’exportation de la fraise espagnole représente ce qu’il y a de moins durable comme agriculture, et bouleverse ce qui demeure dans l’esprit du consommateur comme notion de saison.

Désormais éclairés, ressentez vous toujours le besoin et l’envie d’acheter ces grosses fraises fâdes hors saison ? Réjouissez-vous, les fraises de saison, telle que la gariguette, la plus précoce, sont désormais présentes chez vos primeurs.

Plusieurs variétés sont produites en France, plus ou moins juteuses, gouteuses, allongées ou tardives, goutez-les. Pour vous y retrouver un peu plus facilement, repérez les logos distinctifs des Fraises du Périgord (IGP), des Fraises du Lot et Garonne (Label Rouge) ou encore celui des Fraises de France (Association d’Organisations de Producteurs nationale), qui garantit une agriculture raisonnée.

Enfin, au moment de choisir votre barquette, vérifiez que les fraises sont bien rouges et brillantes, fermes et sans tache. Sentez-les : les plus sucrées et savoureuses sont souvent les plus odorantes. Enfin, ne préférez pas forcément les plus grosses car elles risquent d’être gorgées d’eau et fades.

Mangez de saison, mangez locavore !

2 réflexions au sujet de « Quand la fraise joue les scandaleuses ! »

  1. Tout à fait d’accord : rien à voir entre les fraises qu’on peut trouver en hiver et celles qu’on consomme en ce moment, à condition toutefois de ne pas acheter n’importe quoi, parce que les fraises espagnoles sont toujours très présentes sur les étals, et souvent mises en tête de gondole comme produit d’appel.
    Juste une remarque : « L’Espagne est le plus gros importateur de fraises en France ». Exportateur, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>